Love has no morals – The Spoils of Babylon

(à noter que comme tous les articles qui concernent une première ou une unique saison, celui ci est spoilerfree !… )

The Spoils of Babylon

6nop6

Devon est adopté enfant par Jonas Morehouse qui vit seul avec sa fille Cynthia sur un terre où il est persuadé qu’il trouvera un jour du pétrole. Ce jour vient et avec lui la richesse. Mais les enfants grandissent et alors que la moralité leur interdit tout sentiment, Devon et Cynthia vont tomber follement amoureux…

.

La série WTF de l’année !

Parce que vous l’aurez bien compris avec un tel synopsis et surtout si vous avez jeté un oeil au trailer, on ne se prend pas du tout au sérieux ici, bien au contraire !

Déjà le mode narratif est particulier puisque chacun des 6 épisodes est introduit et conclu par Eric Jonrosh, auteur de best sellers qui a adapté lui même son oeuvre à travers ce chef d’oeuvre… Et pour bien accentuer la mise en abîme, la série en elle même a aussi son narrateur, Devon Morehouse himself, qui après s’être visiblement fait tirer dessus, décide d’enregistrer son histoire avant son dernier souffle… Une histoire qui commence dans les années 30, pour se terminer en plein coeur des seventies. Une histoire rocambolesque mais au final c’est de la forme qu’on se délecte bien plus que du fond !!!

Parce qu’Eric Jonrosh n’est autre qu’un Will Ferrel (star de la comédie aux Etats Unis s’il est nécessaire de le rappeler) grimé en une espèce de Gandalf bedonnant et alcoolique. Parce que Devon est un Tobey Maguire qui s’en donne a coeur joie et qui a vraiment dû s’éclater comme un petit fou pendant le tournage et notamment en ce qui concerne costumes et perruques…

On est là dans le parodique, dans l’absurde, dans le too much et finalement pas si loin de ce qui a pu se faire pendant longtemps (et se fait encore parfois !). On sent bien les influences des « mini séries » à rallonge du type des Oiseaux se cachent pour mourir, des grandes fresques familiales, des histoires à la Dallas, des relations limite incestueuses à tous les étages façon Amour, Gloire et Beauté et de tout un tas d’autres films type films de guerre, ambiance sex & drugs en Californie, films de science fiction et même un peu d’arts martiaux… A ce stade ça n’est plus du second degré, c’est du quarantième degré !!!

J’ai adoré l’esthétique aussi de cette série. Parce qu’on sent qu’elle est particulièrement travaillé, que tout est précieusement millimétré pour que ça soit du grand n’importe quoi ! Que ce soit les effets spéciaux « maquette » (big up pour le sous marin !), les incrustations fond vert bien cheap et qui tressautent, les décors en carton ou les mises en scène irréalistes… En fait ce qui me plait vraiment c’est qu’ils sont arrivés à recréer ce qui me dérange quand je regarde des anciens films. Cette esthétique loin du réel qui passait tout à fait l’époque mais qui m’arrache les yeux maintenant. Et comme c’est volontaire, ben c’est génial !

Et c’est justement sur ce phénomène de surenchère et d’exagération que tient tout le génie de cette mini série. Que ce soit dans le jeu des acteurs (la scène des échanges de places entre Michael Sheen et Haley Joel Osment….) ou dans les situations rocambolesques : les personnages blessés à mort dont l’agonie dure deux plombes, ceux qui sont victimes d’accidents auxquels on pourrait difficilement survivre mais qui s’en sortent avec une petite égratignure… Et puis cette scène qui ne pourra que devenir culte, lorsque Jonas offre sa montre à Devon et que celui ci lit la dédicace gravée… Une dédicace qui ne tiendrait pas sur une page A4…

Et alors qu’on nous empile tout ce qu’on serait susceptibles de détester dans un série ou un film qui se prendrait au sérieux et qu’on nous propose un scénario des plus bateau et bien on s’amuse follement devant ces 6 épisodes de 20 minutes et on ne trouve même pas ça lourd ! Parce que non c’est tellement riche en références qu’on ne veut pas en perdre une miette.

Et si on s’amuse c’est aussi parce que les acteurs semblent s’éclater. Et comme je vous le disais, niveau castings ils n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère… Hormis Will Ferrell et Tobey Maguire, on retrouve Kristen Wiig (Mes Meilleures Amies) absolument géniale en Cynthia,  Tim Robbins (L’Echelle de Jacob, Mystic River…) dont la mort (ouais je spoile) aurait pu inspirer Marion Cottillard dans Batman, Jessica Alba (Sin City, The Eye…) en scientifique chaudasse, Val Kilmer (sérieux faut que je vous mette sa filmo ?) que j’ai juste trouvé génial et ça faisait longtemps que j’avais pas dit ça de lui !, Haley Joel Osment (Sixième Sens, Un Monde Meilleur, Ai…) qui n’a certes pas super bien grandi mais qui tient là certainement son premier rôle enfin fun, Michael Sheen que j’avais encore tellement en tête dans son rôle pour Masters of Sex que le contraste était génial et que j’ai regretté qu’on le voit si peu ou encore Carey Mulligan (Drive, Gatsby…) dont le « rôle » de Lady Ann York ne pourra que vous surprendre…

.

Vous l’aurez compris, je me suis régalée avec cet ovni parodique qui sait si bien moquer les travers Hollywoodien tout en restant un objet agréable à regarder et pas un sketch étiré de 120 minutes…

Il s’agit d’une mini série et l’on sait qu’elle ne sera pas renouvelée, mais j’espère vraiment qu’elle a aura reçu suffisamment de bons retours pour que cela leur donne envie de nous proposer une autre pépite, peut être en parodiant un autre univers du cinéma américain ! Je pense qu’il y a suffisamment à faire ! 😉

En tous cas je vous conseille plus que vivement de jeter un oeil à The Spoils of Babylon, ce serait dommage de passer à côté du chef d’oeuvre d’Eric Jonrosh ! 😛

.

Bisous mes Chickettes !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tags:, , , , , , , , , , ,

Catégories : Sériesaddict

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

8 Commentaires le “Love has no morals – The Spoils of Babylon”

  1. 20 février 2014 à 20 h 04 min #

    Mouai pas totalement convaincu par cette série….

  2. 20 février 2014 à 11 h 38 min #

    J’ai testé, suite à ton précédent article…et je dois t’avouer que je n’ai pas tenu 5 minutes devant le pilote. La forme me rebute complètement, je ne peux pas!

    • tequi
      20 février 2014 à 11 h 51 min #

      Dommage tu loupes qqch ! Tu as dépassé le monologue de « Eric Jonrosh » au moins ? parce que c’est clairement ce que j’aime le moins!

      • 20 février 2014 à 12 h 01 min #

        Oui, mais comme ça ne s’arrangeait pas, j’ai jeté l’éponge…je pense que c’est soit tu aimes soit tu détestes, ça ne peut pas laisser indifférent.

        • tequi
          20 février 2014 à 12 h 08 min #

          Oui très certainement ! ;à)

Rétroliens/Pings

  1. Bilan des nouveautés séries – Eté 2015 | Smells like Chick Spirit - 29 juillet 2015

    […] le co producteur de la série avec Jack Black, j’avoue que je ne le connaissais que dans The Spoils of Babylon […]

  2. Pluie de pilots – Eté 2015 | Smells like Chick Spirit - 1 juin 2015

    […] puis bon c’est pour retrouver Jack Black (King Kong, The Holiday…), Tim Robbins (The Spoils of Babylon, L’Echelle de Jacob, Mission to Mars, Mystic River…) et Pablo Schreiber (The Wire, […]

  3. Top Five Séries Addict – Minimizer | Smells like Chick Spirit - 27 juin 2014

    […] 5 – The Spoils of Babylon (IFC) […]

Comments like Chickspirit

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :