Je ne suis pas une sériephile facile ! – Easy (1)

(à noter que comme tous les articles qui concernent une première ou une unique saison, celui ci est spoilerfree !)

easy-poster

Easy – Saison 1

6nop6

Tranches de vies d’habitants de Chicago avec les maux des adultes d’aujourd’hui…

.

Recueil de nouvelles d’épisodes

Généralement, les formats courts qui ne sont pas des comédies, ces espèces de dramédies bien pensantes bobo qui délivrent une critique de notre société, me gonflent profondément. On en a déjà eu une kyrielle, notamment sur HBO et Netflix et mise à part ma regrettée Looking, je me suis toujours sauvée en courant.

Pour Easy, je savais qu’il en serait de même, mais vous connaissez ma boulimie, j’ai quand même voulu tester.

Comme me le faisais très justement remarquer Jama, une lectrice, hier, je donne souvent l’impression d’adorer toutes les séries… Certes j’ai des goûts éclectiques et je suis plutôt bon public, mais cette impression vient surtout du fait que je fais des bilans de séries pour lesquelles je suis allée au bout de la saison et si je vais au bout de la saison c’est bien que j’aime la série… CQFD !

Bref, Easy c’est un peu l’exception qui confirme la règle… Parce qu’au bout des 8 épisodes d’un peu moins de 30 minutes, je ne sais toujours pas si j’ai aimé cette série !

Il faut dire que ça m’a fait à peu près le même effet que pour les recueils de nouvelles. C’est un genre littéraire qui me plait rarement parce qu’on a peu de temps de planter le décor et développer correctement une histoire en s’attachant aux personnages. Il y a toujours sur un recueil, une nouvelle qui va plus marquer ou plaire que les autres, mais globalement, je reste toujours avec un goût mitigé.

Et c’est exactement ce qu’il se passe avec Easy !

Très futilement, c’est la promesse de la présence d’Orlando Bloom (ils sont pas fous, ils l’ont mis dans le 6ème épisode !) qui m’a fait poursuivre la série après un épisode 1 qui m’avait laissée très perplexe. Le thème du père au foyer et de son épouse qui le désirerait moins. Pourquoi pas. Il y a des moments drôles. Mais on reste quand même avec une impression assez déprimante.

Et c’est finalement ce qu’il nous reste de cette saison. En tant que célibataire, la majorité des couples présentés sur ces 8 épisodes sont d’une tristesse accablantes. Mise à part justement celui d’Orlando Bloom et de Malin Akerman. Leur épisode est celui que j’ai globalement préféré, et puis c’est le plus sexy des 8, mais au final je n’ai vraiment pas compris le message qu’ils voulaient nous délivrer avec cette saynète là ! (si ce n’est de se rincer l’oeil sur la plastique de Bloom…😛 )

Du coup, comme on comprend que toutes ces petites histoires se passent dans le même quartier, et qu’il nous arrive de croiser des personnages déjà vus précédemment, je me suis dit que le dernier épisode allait nécessairement lier le tout. Que finalement après avoir zoomé sur tous ces couples, on pourrait avoir une conclusion avec une vision d’ensemble et interpréter le propos général de cette série…

Je romps le suspens insoutenable, on n’a pas du tout ça dans le dernier épisode qui m’a laissée encore plus perplexe que les autres !

Parce qu’on retrouve les protagonistes du 3ème épisode, sans croiser ceux des autres. On avance dans leur storyline mais l’épisode se termine sans une véritable conclusion et au revoir, merci, la saison est finie…o_O

Dans ce genre de série, j’avais beaucoup aimé Dates. On avait un propos général sur la difficulté des rencontres amoureuses dans notre société, on avait des personnages qui s’entrecroisaient et le tout était original mais avec une certaine homogénéité. J’espérais vraiment retrouver ça avec Easy, mais on en est loin.

Je ne m’attendais pas à une anthologie de la qualité de Black Mirror, mais j’aurai vraiment aimé qu’il y ait un message et un lien entre les épisodes. Ou alors c’est moi qui suis passée totalement à côté.

Le seul vrai point positif de cette série c’est qu’on y retrouve beaucoup de visages connus pour les sériephiles dans des rôles différents.

Raul Castillo, le Richie de Looking, est ici un homme installé dans sa routine et jaloux.

Jacqueline Toboni, la Truble de Grimm, est une lesbienne vegan qui démarre une nouvelle relation.

Aya Cash, la Gretchen de You’re the Worst, est une jeune femme posée sur le point d’accoucher.

Jake Johnson, le Nick de New Girl, est un mec qui se fait larguer par webcam… (bon là le contre emploi n’est pas flagrant… mdr)

Le tout saupoudré sur charme de Dave Franco et du sex appeal d’Orlando Bloom et de Malin Akerman, nous donne un casting vraiment agréable et avec de bons contre emplois.

Reste que l’ensemble, s’il se regarde facilement, est d’un frustrant pas possible.

Maintenant ma grande question est de savoir, s’ils renouvellent la série, si je serai suffisamment maso pour regarder la saison 2, dans l’espoir de trouver un lien à tout cela !

Bref, à moins que vous soyez fan d’un des acteurs ou que vous aimiez ce genre de série, Easy est pour moi tout à fait dispensable !😉 (mais en regardant un peu sur le net, elle a plein de bonnes critiques… lol)

Bonne journée !

PS : Je ferai un petit article samedi, mais je voulais déjà vous dire un grand merci pour tous vos commentaires sur l’article d’hier. Vous m’avez reboostée. Je vous aime ! <3 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Étiquettes : , , , , , , , ,

Catégories : Sériesaddict

S'abonner

Subscribe to our RSS feed and social profiles to receive updates.

16 commentaires sur “Je ne suis pas une sériephile facile ! – Easy (1)”

  1. 30 septembre 2016 à 2 h 51 min #

    J’ai hésité à la regarder, je pense que je n’ai pas loupé grand chose !!! Mais qui sait je tenterai peut-être !

  2. Eva2410
    30 septembre 2016 à 0 h 05 min #

    Je regarderai peut être l’épisode 6😛 mais pour le reste, je ne pense pas que ça me plaira.

  3. 29 septembre 2016 à 16 h 23 min #

    Elle est dans ma liste de séries à commencer.. Je lui donnerais sa chance, comme à toutes les autres, mais j’avoue ne pas avoir de trop grandes attentes !

    • tequi
      29 septembre 2016 à 16 h 48 min #

      Regarde le 6… lol

      • 29 septembre 2016 à 16 h 49 min #

        Haha, c’est vrai que s’il n’y a aucun véritable ordre, autant commencer par le meilleur x)

        • tequi
          29 septembre 2016 à 16 h 50 min #

          Meilleur je sais pas, mais autant commencer par Orlando Bloom à poils… lol

          • 29 septembre 2016 à 16 h 51 min #

            Super, maintenant je vais être obligée de regarder jusqu’à l’épisode 6 juste pour le voir tout nu😄

          • tequi
            29 septembre 2016 à 18 h 12 min #

            Ben non tu peux regarder que le 6, ça changera rien à la compréhension !

          • 29 septembre 2016 à 18 h 40 min #

            Oh la la.. Je ne sais même pas si je vais commencer en fait. S’il n’y a vraiment aucun rapport entre chaque épisode, ça va être compliqué:/

  4. 29 septembre 2016 à 15 h 34 min #

    J’ai bien fait de ne pas persister, le premier épisode m’avait déjà bien déprimée 😅

    • tequi
      29 septembre 2016 à 16 h 48 min #

      Et c’est loin d’être le plus déprimant !!! lol

  5. 29 septembre 2016 à 12 h 52 min #

    J’ai regardé les 3 premiers épisodes et je n’arrive pas à trouver quel est l’intérêt de cette série. Le but est sans doute de traiter la complexité des relations humaines (amour, amitié, famille, etc) mais le fait de n’avoir à chaque fois qu’un seul épisode (et cours en plus!) pour planter une storyline et la terminer…bah on a l’impression que ça a été salement bâclé!
    En plus, ton avis là-dessus m’intéresserait, mais j’ai beaucoup de peine avec ces séries d’une histoire par épisode (hormis la merveilleuse Black Mirror évidemment^^) car pour moi, tout l’intérêt d’une série réside justement dans le fait d’avoir le temps de s’attacher aux personnages, de rentrer dans l’histoire épisode après épisode.
    Bref, Netflix me déçoit un tout petit peu pour le coup.. On n’a pas été habitué à ça de leur part!😄

    • tequi
      29 septembre 2016 à 16 h 35 min #

      Bon tu peux toujours regarder aussi le 6ème pour le plaisir des yeux… mdr

      • 30 septembre 2016 à 8 h 22 min #

        Mon plus grand plaisir dans cette série, c’est Dave Franco😄 Mais oui, je vais de toute façon la terminer

        • tequi
          30 septembre 2016 à 8 h 59 min #

          Surtout qu’il est au coeur du dernier épisode !😛

Trackbacks/Pingbacks

  1. Top 100 Séries 2015 / 2016 – De 100 à 76 … | Smells like Chick Spirit - 5 octobre 2016

    […] Easy – Saison […]

Comments like Chickspirit

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :