Les Couleurs de la Vie – Lorraine Fouchet

Coucou à tous ! Me revoici déjà avec une lecture ! 🙂 Il faut dire que ce petit roman était très addictif et que j’ai eu vite fait de le lire. Deux trajets en avion en un week end m’ont permis de le terminer ! 🙂

Kim vient de vivre un terrible choc personnel et a beaucoup de mal à s’en remettre. Elle a besoin de comprendre si la vie vaut vraiment son pesant de cachuètes. Elle quitte donc momentanément son île bretonne de Groix pour la Côte d’Azur où elle devient la dame de compagnie d’une excentrique vieille dame. Embauchée par son fils, elle va vite apprendre que celui-ci s’est tué quelques années plus tôt. Qui peut donc être alors cet homme élégant qui rend visite à Gilonne tous les samedi et dont elle se targue d’être sa mère ?

J’ai acheté ce roman un peu au pif, en janvier quand je suis allée en France, la couverture m’a accrochée et comme j’ai tendance à apprécier les histoires qui se passent dans les maisons de retraite (Quelqu’un pour qui tremblerTu comprendras quand tu seras plus grande). Il y a beaucoup d’autres choses que j’ai envie de lire, mais je ne sais plus où je devais aller et je voulais un poche qui ne prenne pas trop de place dans mon sac à main… – chez le coiffeur sûrement –

C’est donc par hasard que je me suis retrouvée avec Les Couleurs de la Vie entre les mains, sans avoir jamais entendu parler de Lorraine Fouchet, mais ça n’est pas par hasard si je ne l’ai plus lâché ensuite.

On a ici un roman facile à lire avec des personnages attachants, des situations cocasses mais surtout un mystère à élucider. Comme Kim, j’ai très rapidement voulu savoir qui était vraiment ce Côme censé être mort, mais bien présent aux côtés de la fantasque Gilonne. Un peu comme dans un thriller, on tourne les pages pour avoir le fin mot de l’histoire. Evidemment, on n’est pas dans du Michel Bussi et consorts, le dénouement se laisse deviner entre les pages au fil du récit. Mais au fur et à mesure, on s’attache aux personnages et on n’est plus là pour le suspens, mais pour la leçon de vie.

Parce que Les Couleurs de la Vie est aussi un roman de travail sur soi, de réflexion sur le sens de la vie, sur celui de la mort et de ce que l’on peut faire de tout cela.
Beaucoup de passages sont touchants et j’ai même eu quelques larmes aux yeux… que j’ai réfrénées parce que j’étais dans un hall de salle d’embarquement bondé et qu’il y avait déjà assez de mauvaises ondes tout autour de moi.

Autre aspect qui m’a plu avec cette lecture, c’est la capacité de Lorraine Fouchet de nous faire apprécier les lieux que l’on traverse et particulièrement l’île de Groix que je ne connaissais même pas de nom et où j’ai terriblement envie d’aller à présent ! Tellement envie d’ailleurs que j’ai acheté lors de mon week end parisien, son roman Poste restante à Locmaria qui était sorti après Les Couleurs de la Vie.

Je suis d’autant plus contente de cette lecture qu’elle me permet de découvrir une nouvelle auteure alors que j’avais un peu l’impression ces derniers temps de me concentrer sur des romanciers « valeurs sûres ».

Ma prochaine lecture sera bien différente puisque j’ai trouvé De bons présages de Neil Gaiman et Terry Pratchett avec qui je vais pouvoir découvrir l’univers qui a inspiré Good Omens !

Publicités

Tags:, , ,

Catégories : Lecture

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Comments like Chickspirit

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :