Quand nos souvenirs viendront danser – Virginie Grimaldi

Coucou à tous ! Aujourd’hui c’est mardi et le mardi c’est lecture. Et c’est encore mieux quand c’est pour vous parler de mon coup de cœur estival ! 😀

Marceline, Anatole, Joséphine, Gustave, Marius et Rosalie, habitent impasse des Colibris depuis plus de soixante ans. Alors lorsque le maire annonce que l’impasse et la petite place sur laquelle elle donne vont être rasées pour y construire une école, la bande d’octogénaires décide de mettre de côté les griefs accumulés depuis tant d’années. Ensemble ils tenteront le tout pour le tout pour sauver leurs maisons et surtout leurs souvenirs…

J’avais pu le constater en lisant Tu comprendras quand tu seras plus grande, Virginie Grimaldi a ce talent pour décrire les personnes âgées – le personnage de la grand-mère est d’ailleurs récurrent dans ses romans.

Mais j’avoue quand même que lorsque j’ai commencé l’histoire de Marceline et des autres, je n’ai pas tout de suite accroché. J’ai mis un peu de temps à entrer dans les histoires personnelles de chacun, à ne plus confondre les différents habitants de l’impasse des Colibris et à comprendre leurs ressentis personnels.
Il faut dire que leur passé est l’un des mystères que l’on va élucider au fil des pages. Mais ça n’est vraiment que lorsqu’on commence à les percer à jour que l’on s’attache.

Afin de mieux apprendre à les connaître, on alterne entre le combat de ces 6 octogénaires originaux – mais ne le sont-ils pas tous à cet âge ? – et le journal intime de Marceline, à partir du moment où Anatole et elle s’installent dans leur maison de l’impasse des Colibris.

J’ai tout particulièrement aimé le personnage de Marceline, la narratrice de l’histoire parce qu’elle est loin d’être la mamie idéale sans être totalement Tatie Danielle non plus. En fait, elle est vraiment comme les dames âgées que j’ai pu côtoyer dans ma famille ou mon entourage. Des femmes gentilles mais qui en ont suffisamment vécu pour ne plus s’encombrer de faux semblants et qui se disent que leurs cheveux blancs excuseront un excès de franchise…
Mais la Marceline plus jeune, celle qui écrit son journal intime, est tout autant intéressante dans la mesure où on la voit prendre de la maturité et surtout de l’indépendance vis-à-vis de son rôle de femme au foyer. J’ai beaucoup aimé le message de féminisme du quotidien de cette histoire !

Quand nos souvenirs viendront danser a la « Grimaldi’s Touch », celle qui vous fait éclater de rire et pleurer à chaudes larmes. Et je crois bien que de tous ceux que j’ai lus – tous donc – c’est clairement celui qui m’a fait rire le plus bruyamment et couler le plus de larmes.

L’un des sujets du roman et tout particulièrement dans sa dernière partie, concerne l’attachement que l’on peut avoir aux choses, pas pour la valeur pécuniaire qu’elles peuvent avoir mais pour les souvenirs qu’on en a. Ceux qui me lisent depuis longtemps savent qu’il y a quelques années, la maison de ma grand-mère a été incendiée et avec elle tous les souvenirs heureux de mon enfance. Et si pendant plusieurs années, j’ai pu me raccrocher aux murs encore debouts, à la végétation qui avait repris ses droits, je sais qu’aujourd’hui tout a dû être démoli et qu’à la place pousseront bientôt de jolis immeubles… Et ce roman a vraiment su appuyer sur un sentiment que je n’avais pas identifié et qui me bouleverse – je ne vous raconte pas mon état rien qu’en rédigeant ce paragraphe. Et justement, c’est toujours ce que j’aime dans les romans de Virginie Grimaldi, c’est qu’il y a toujours ce petit quelque chose qui tire sur la corde sensible. Si je pleure à chacun de ses romans ça n’est clairement pas parce qu’elle fait dans le pathos, mais simplement parce qu’elle sait mettre à nu des émotions bien enfouies.

Je ne saurai dire si ce roman est mon préféré d’entre tous de Virginie Grimaldi, mais il est en tous cas celui qui m’a le plus touchée personnellement. Et ce que j’aime avec ses romans, c’est que chacun d’entre eux apporte sa petite touche à ma propre personne. J’évolue d’une façon ou d’une autre à chacune de ses lectures et je vous encourage vraiment à la découvrir !

Et si vous voulez retrouver mes avis sur tous ses autres romans, les voici :
Le premier jour du reste de ma vie
Tu comprendras quand tu seras plus grande
Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie
Il est grand temps de rallumer les étoiles
Chère Mamie

Je vous souhaite une belle journée !

Tags:, , ,

Catégories : Lecture

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

8 Commentaires le “Quand nos souvenirs viendront danser – Virginie Grimaldi”

  1. 13 octobre 2019 à 17 h 27 min #

    Je n’ai pas encore lu celui-ci mais après avoir eu un coup de cœur pour « Il est grand temps de rallumer les étoiles » je compte le découvrir

    • tequi
      14 octobre 2019 à 8 h 42 min #

      Si tu as aimé Il est grand temps de rallumer les étoiles, je suis à peu près sûre que celui ci te plaira tout autant !

  2. 13 octobre 2019 à 12 h 52 min #

    J’adore vraiment cet auteur. Mon préféré resté néanmoins Le premier jour du reste de ma vie ! 😉

    • tequi
      14 octobre 2019 à 8 h 42 min #

      C’était le premier ? Je crois que c’est celui que j’ai trouvé le plus « facile »… 😬

      • 28 octobre 2019 à 19 h 04 min #

        Lol Je ne sais pas si c’était le premier mais c’est l’histoire d’une belle amitié et d’une croisière en gros et j’aurai bien aimé être avec tous ces gens moi ! 😉

        • tequi
          29 octobre 2019 à 9 h 14 min #

          ah oui c’était bien le premier ! C’est sûr que la croisière des célibataires, je la ferai bien aussi !

Rétroliens/Pings

  1. | Et que ne durent que les moments doux – Virginie GrimaldiSmells like Chick Spirit - 29 septembre 2020

    […] Et si vous voulez retrouver mes avis sur tous ses autres romans, les voici :Le premier jour du reste de ma vieTu comprendras quand tu seras plus grandeLe parfum du bonheur est plus fort sous la pluieIl est grand temps de rallumer les étoilesChère MamieQuand nos souvenirs viendront danser […]

  2. Si j’avais un perroquet… – Blandine Chabot | Smells like Chick Spirit - 24 septembre 2019

    […] Ce qui a été le cas. Et parce qu’il me fallait quelque chose de léger pour me remettre des tonnes de larmes versées en lisant le dernier Virginie Grimaldi. […]

Comments like Chickspirit

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :